"FANUC ALPHA C600iA NOUS PERMET DE GAGNER UN TEMPS CONSIDÉRABLE"

Blog Single

Forte de ses trente-cinq années d’expérience dans l’usinage de petites et grandes dimensions, Figuet SARL, située à Beaurepaire dans l’Isère, sait répondre au mieux aux besoins de ses clients. S’inscrivant toujours dans une politique réactive et de qualité, la société a investi dans une nouvelle machine à électroérosion de grande dimension, FANUC Alpha C600iA. Benoit Figuet, commercial de la société Figuet SARL, a accepté d’accorder un peu de son temps à sous-traiter.com pour nous faire part de ce nouvel équipement qui leur permet de rester très compétitif et performant sur le marché.

Sous-traiter.com : En 2016, vous proposez une nouvelle machine à électroérosion, pourquoi ce choix ?
Benoit Figuet : Nous souhaitions une machine ayant une capacité plus importante que celle que nous avions déjà (FANUC Robocut, 300*200, ndlr). FANUC Alpha est bien plus performante aussi bien au niveau du temps de coupe que de la précision. Elle nous permet de gagner un temps considérable sur la production. De plus, nous devançons un besoin avec cette machine. En effet, nous nous sommes rendu compte que notre matériel devenait un petit peu caduc en termes de performance. Nous avons donc préféré investir avant d’être largués. Cette machine nous permet de faire les choses plus rapidement et encore mieux.

S-T.com : Quelles possibilités offrent cette nouvelle machine à électroérosion ? Quelles sont ses caractéristiques ?
B.F. : Grâce à cette machine, nous pouvons fabriquer des pièces plus grosses. Au lieu d’avoir 300mm*200mm de capacité, nous avons 600*400. Au niveau de l’épaisseur, nous pouvons couper des pièces jusqu’à 310mm ce qui est assez important et peu courant sur le marché. De plus, cette machine nous permet de gagner un temps considérable. Elle a un diviseur numérique qui permet de faire tourner la pièce sur elle-même sans la démonter. Cette dernière caractéristique est très peu courante car il faut que la machine soit étanche. C’est vraiment son point fort, car on n’en trouve peu. Nous pouvons désormais programmer à partir de plan existant. Nous pouvons ainsi transformer une trajectoire en un programme au lieu de l’effectuer manuellement. Elle nous permet aussi de couper incliné. Elle possède également l’enfilage automatique. Elle est capable de couper son fil toute seule et de s’occuper de la pièce suivante. Auparavant l’enfilage était manuel. Maintenant, nous pouvons fixer dix pièces dans la machine et automatiquement elle coupe son fil, se décale et se met au centre de la pièce suivante, renfile son fil et coupe, et ainsi de suite. Cela nous permet d’être encore plus performants.

S-T.com : Quel marché visez-vous avec cette nouvelle machine ?
B.F. : C’est très vaste ! Nous faisons de la mécanique générale avec précision, nous touchons beaucoup de marchés différents. À titre d’exemple, nous pouvons toucher le monde de l’énergie,tout ce qui est éolien, nucléaire… Mais ce sont des exemples, ce n’est pas spécifiquement attribué à ces types de métier. Nous ravaillons pour plein de milieux différents.

S-T.com : Quels sont vos objectifs pour 2016 ?
B.F. : Avec cette machine, nous espérons nous faire connaître un peu plus au niveau de l’électroérosion et ainsi augmenter nos affaires dans cette branche.

S-T.com : Avez-vous d’autres projets à venir ?
B.F. : Début mai, un gros centre d’usinage rentrera dans notre atelier (3000*850*850). Il s’agit d’une fraiseuse 5 axes de grosse capacité.

Merci à l’entreprise FIGUET pour son aide à la rédaction de ce reportage

Retour à la liste des actualités