"Investir dans une nouvelle machine et créer la demande "

Blog Single

LLa SNOP 61 (Société Normande d’Outillage de Précision) est basée en Normandie à Athis de l’Orne. Cette entreprise est spécialisée dans l’étude et la fabrication de moule ainsi que dans le secteur de la mécanique industrielle depuis 1986.

Elle assure l’étude, la réalisation et la mise au point de moules métalliques destinés à l’injection de matières plastiques. L'étude et la conception du moule injection sont définies en partenariat avec le client afin de maximaliser les critères de qualité de chaque moule. L'élaboration du produit se fait grâce aux logiciels CADKEY99 et MASTERCAM V8 (format lecture possible DWG, DXF, IGES, SAT, MC8).

Son savoir-faire repose en grande partie sur son large parc de machines.





Machine 1 Machine 2

Les exigences des clients pour la production étant de plus en plus complexes, la SNOP 61 investit et se dote d’une toute nouvelle machine : le centre d’usinage Mazak Variaxis i-600.
Machine 3

Cette machine présente l’avantage de combiner plusieurs opérations de fabrication et permet la production de pièces structurellement complexes tels que les rotors.

Hautement polyvalent, ce centre d’usinage vertical à 5 axes, pleins et simultanés, procède à l’usinage de surfaces courbées multiples et complexes sur des pièces grandes et lourdes en une seule configuration.

Cette machine représente parfaitement le « concept tout en un » et intègre tout le processus allant des matières premières à l’usinage final sur une seule machine. Ainsi, la machine augmente la productivité et améliore la précision de l'usinage.

Elle offre enfin de hauts niveaux de productivité avec une broche extrêmement rapide et de grande rigidité qui peut prendre en charge une grande variété d'applications, allant de la coupe robuste à la coupe haute vitesse d'aluminium et autres matériaux non ferreux.

Nous vous proposons de découvrir en vidéo leur dernière acquisition, le centre d’usinage MAZAK VARIAXIS I-600 :

Vidéo Youtube


Interview de Monsieur Tertre :

Pouvez-vous nous présenter votre dernière machine (le centre d’usinage MAZAK) et nous expliquer ce qui a motivé cet investissement ?

Nous avons choisi de faire cet investissement après échange avec les commerciaux qui nous rendent visite ou que nous rencontrions lors de salons. Nous avions senti qu’il existait une demande et nous savions que cette machine nous ramènerait des clients sans avoir à prospecter car elle offre des possibilités rares et qui nous différencient par rapport à nos concurrents.

En général on investit pour créer le marché et pas pour répondre à une demande. On investit d’abord et les marchés viennent ensuite… Sans investissement régulier, on perd des marchés. Nous n’avons pas à proprement parlé de commerciaux ou d’équipe commerciale, du coup, ce sont les clients qui viennent à nous pour notre savoir-faire et notre parc de machines.

Et cette machine nous a déjà ramené pas mal de clients… Donc c’est un investissement dont nous sommes satisfaits

Quels sont les « plus » de cette machine et que peut-elle vous apporter ?

Sa capacité et son volume. Elle permet de faire de la pièce technique sur 5 faces les unes après les autres. Elle a une excellente précision (jusqu’à 5 micros). Enfin, elle offre la possibilité de faire des pièces très techniques (en cinq axes positionnés + un en continu)

Sur quel type de matière pouvez-vous travailler grâce à cette nouvelle machine ?

On travaille principalement sur des pièces trempées (vissées / percées). Mais on travaille aussi occasionnellement sur des matériaux comme l’aluminium et le plastique. A moyen terme on souhaiterait davantage travailler pour le secteur de l’aéronautique et donc sur des pièces alu.

Pour quel secteur travaillez-vous principalement et quel type de nouveaux marchés pensez-vous pouvoir conquérir ?

On travaille essentiellement pour l’automobile et la plasturgie. Un petit peu l’agro-alimentaire. Un petit peu pour l’aéronautique. On a réalisé des moules pour un sous-traitant d’airbus (pour la réalisation d’un réacteur sur le dernier avion d’airbus).
Les secteurs que l’on souhaiterait conquérir : travailler davantage avec l’aéronautique. Et là on commence à travailler pour la puériculture et la cosmétique pour des produits de luxe.
Après on réalise tous types de pièces techniques à la demande et nous ne sommes pas limité à quelques secteurs particuliers.

De manière plus générale, quelles sont les contraintes ou difficultés que vous rencontrez ou qui freinent votre développement ?

L’une de nos principales difficultés, c’est le recrutement. Avec une activité satisfaisante, nous pourrions embaucher mais nous éprouvons de vraies difficultés à trouver des personnes compétentes et surtout qualifiées. C’est un réel problème et un vrai défi pour les années à venir.

Retour à la liste des actualités